24.05.2021 – Chronique du lundi

24 mai 2021 § Poster un commentaire

Alors ? Tu pointes ou tu tires ?

Nouveau lundi nouvelle Chronique, amies et amis internautes je vous souhaite bien le bonjour encore une fois avec grand plaisir.

Un lundi supplémentaire à vous exposer mes idées et pensées du moment.

Vous l’aurez lu et peut-être entendu lors d’un temps court il y a quelques mois à la radio, je vous fais souvent part de mes réactions face au monde qui nous entoure alors que je préférerais vous écrire quelques lignes sur mes penchants artistiques. Mais tout compte fait en prenant du recul le mélange s’opère bon en mal en… Alors donc de semaines en semaines je continue dans l’écume parfois énervée de ce sillage…

Et c’est bien naturellement encore une fois que je vais m’énerver à propos de ce qui se passe dans notre vaste actualité cathodique.

Et pour commencer comment ne pas être extrêmement énervé par cette permanente tribune faite au mal être policier qui n’est ni plus ni moins qu’un boulevard fait aux idées fascisantes surfant sur la vague irraisonnée de la peur de l’autre. On aura beau, preuves irréfutables à l’appui, expliquer avec force raison que : non il n’y a pas plus de violence faite à l’encontre des forces de l’ordre qu’avant ; non il n’y a pas plus de délinquance générale qu’avant ; non nous ne sommes pas submergés par des hordes sauvages d’islamo-gauchistes ; non la justice française n’est pas dominée par une pensée marxisme-laxiste ; non on ne libère pas systématiquement les détenus pédophiles tueurs en série au bout de quelques jours d’incarcération ; non la peine de mort n’a jamais empêché délinquance et meurtres, l’abolir n’a pas augmenté le nombre de crimes ; non les criminels ne sont pas plus d’origines africaines ou moyen-orientales que d’ailleurs ou de la « France profonde »… Sans cesse à l’écran, sans cesse à la radio, sans cesse dans les journaux, on essayera de nous vendre l’inverse. Et quand les arguments sont réellement irréfutables, à l’aune de la post vérité totalitaire on aura un ministre d’état grand protecteur des coups de matraque qui nous assénera le coup fatal en nous expliquant qu’il préfère le bon sens du boucher-charcutier de Tourcoing aux études de l’INSEE. Notons en passant que l’INSEE confirmera qu’il n’y a pas qu’une seule boucherie-charcuterie dans cette bonne ville de Tourcoing.

Voilà donc l’esprit magique de la pensée approximative porté au plus haut de l’état.

Ne nous étonnons donc pas que quelques dizaines de milliers d’énervés factieux brandissent des slogans qui auraient pu faire pâlir de jalousie des escouades de Sturmabteilung (ça y est point Godwin atteint !) devant le palais de la représentation du peuple de la république, essayent de mettre la pression pour accélérer le retour dans le temps, à l’époque où l’eau de Vichy pétillait bien mieux. Il n’y a pas à dire : Pétain-Darlan c’était le bon temps ! Comme le chantait en leur temps à eux Les Olivenstein [+] (double point Godwin, mais avec panache !)…

Petite aparté, il y avait longtemps que je n’en avais pas usé, vous aurez remarqué que je n’ai fait ici aucun clin d’œil en écriture inclusive, car en la matière de volatiles de basse-cour : il en faut des couilles !

Alors désolé les mecs en bleu et en civil (et les quelques filles avec), pour revenir sur cette triste séquence de l’histoire de France que nous traversons avec vos « bourrinages » de thuriféraires de l’ordre, il faudrait vous rappeler que près de huit fois plus d’ouvriers du BTP sont morts au travail sur les deux années précédentes que de représentants des forces de l’ordre. Comme disait l’autre : « – On attend des peines plancher de prison pour les patrons responsables des conditions de travail de ces ouvriers morts pour la grandeur de la France ».

Et même si, aux chiffres avérés des institutions scientifiques noyautées par de dangereux extrémistes de la France Insoumise, on préfère préférer les fines études sociales de Raymond primeur à Pézenas, pourra-t-on encore faire l’impasse face aux drames quotidiens vécus comme celui, très récent, de cette jeune assistante sociale assassinée dans l’Aube et dans le cadre de son travail par un octogénaire qui était loin d’être arabe ou noir !

Là il est vrai que c’est très compliqué d’instrumentaliser… Oui comment le bloc bourgeois, extrême-droite actuellement en tête, pourrait instrumentaliser ce vrai drame et vrai problème qu’est la misère sociale due à l’exploitation capitaliste des hommes et de la nature ?
Alors restons sur cette ligne éditoriale générale où l’idée du fraudeur, de la fainéante, du drogué, de l’assistée, de l’artiste qui pique le fric au fameux boucher-charcutier de Tourcoing est bien ancrée dans la tête des gens. Où les fraudes sociales sont tellement plus graves que l’évasion fiscale.
Entendons-nous bien sur les fraudes sociales, ils parlent bien, Le Pen en tête, des menues fraudes maladroites de celles et ceux qui essayent de garder quelques euros pour nourrir leurs enfants jusqu’à la fin du mois, pas les fraudes sociales des entreprises qui font travailler de la main d’œuvre au noir ou des travailleuses et travailleurs détaché·e·s.
Ces dernières, aux yeux de l’éditocratie ambiante et du bloc bourgeois bien pensant restent tellement nécessaires pour le bon ordre économique du monde. C’est bien pour cela qu’il faut « réformer » afin que ces pratiques ne soient enfin plus frauduleuses.

Et puis tant pis si le peuple morfle il n’aura plus qu’à être payé en coup de bâton, en tir de flash ball ou de grenades désencerclement.

Oui soutenons nos forces du maintien de l’ordre face à cette chienlit rouge qui ronge notre beau pays au couleurs si bleues. Qu’une opposante (un peu noire sur les bords), même très médiatique, même pas trop à l’extérieur du bloc bourgeois, s’interroge sur cette manifestation de policiers et le soutien de leur ministre de tutelle et trouve cette démonstration de force « glaçante » (ouh ! Ce vilain mot trop dur qui choque nos pauvres pandores !), voilà que ce même ministre poussé au cul par ces mêmes policiers porte plainte pour diffamation.
Du presque jamais vu dans notre république, même du bon vieux temps de Papon ou de Pasqua-Pandraud.

Ce qui est vu et revu ce sont les accusations graves et systémiques pêle-mêle d’anti police, d’anti ordre, d’anti sémitisme et d’anti blancs d’anti France, …, d’anti tout, faites à ces forces de progrès en France qui essayent de garder la tête froide et la pensée claire. Forces de progrès de la société civile comme celles des mouvements politiques qui proposent de réelles alternatives. Accusations lancées à outrance depuis l’aile la plus extrême de la droite jusqu’à ce que l’on pourrait appeler la gauche fascisante (entre vert et rose de salon) dernier bastion pour la défense d’un mode de vie patriarcalo-bourgeois basé sur un ordo-capitalisme d’un autre temps, mais bien puissant et menant le jeux jusqu’à la mort.
Bref un vieux Monde qui s’accroche à coup de slogans et de fake news qui occupent tout l’espace médiatique, quitte à entraîner tout le monde dans sa chute.

Frédéric Lordon décrit bien tout cela dans sa dernière tribune « Fury Room » sur le site du Diplo [+].

Alors avec ces coups de boutoirs décomplexés faits à la raison, ne nous étonnons pas d’entendre sur un plateau de télévision vociférer un imbécile traitant grossièrement une députée d’anti sémite, dans des médias qui font croire qu’Israël est toute derrière Netanhyou et l’extrême-droite alors que des milliers d’israélien manifestent sous le slogan « Palestinian lives matter » à Haïfa, Tel-Aviv ou Jérusalem. Heureusement qu’il y a des organisations ici et ailleurs comme l’Union Juive Française pour la Paix qui veillent à rétablir un minimum de vérité.
Plus proche de la vie courante de la douce et verdoyante campagne « frââânçaise » ne nous étonnons pas non plus de voir des parents d’élèves s’insurger contre des paroles d’une chanson de Pierre Perret dans un spectacle anodin pour enfants, horreur toute reprise en cœur par la hiérarchie de l’Éducation Nationale qui finit par censurer ce spectacle utilisant cette chanson… Ministre en tête qui se trouve à coup sûr très trop content d’abattre ces piliers de la gangrène islamogauchisante.
Bon j’arrête là…

Et bien, en terminant ces quelques lignes, je sais que n’ai pas parlé d’art dans cette Chronique d’aujourd’hui. Je ne pouvais pas. Je m’aperçois aussi que j’ai failli à ma promesse de ne plus m’énerver en public sur le temps qui passe mal…
Mais voilà personnellement j’ai toujours préféré le bleu Klein au bleu marine.
Alors c’est plus fort que moi : je m’énerve !

Du coup je crois que je vais repartir devant mes carnets et mes crayons, ou plutôt vers mes projets avec mon adorable et si chère Thérèse [+]. Des projets qui explorent cette frontière tellement ténue entre nature et culture. Des projets que vous pourrez voir bientôt réalisés et exposés, promis, dans tous les cas nous l’espérons.

En attendant tout cela je vous souhaite une belle semaine pleine de parties de pétanque sous ce beau Soleil qui nous revient, et vous donne rendez-vous la semaine prochaine…

Copie d'écran extrait du travail vidéographique de Philippe Pitet en compagnie de Thérèse Pitte - Rituels 2020
Extrait d’un travail vidéographique avec Thérèse Pitte – « Rituel » (2020-2021)

La suite la semaine prochaine pour une nouvelle « Chronique du lundi »…

PhP

Voir les autres chroniques du lundi

Tagué :,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement 24.05.2021 – Chronique du lundi à Philippe Pitet.

Méta