14.06.2021 – Chronique du lundi

14 juin 2021 § 1 commentaire

De la violence d’une compréhension et d’un engagement

Chères amies et chers amis internautes qui avez le courage de suivre mes élucubrations tous les lundis depuis octobre 2020, je vous souhaite la bienvenue dans ma Chronique du lundi 14 juin 2021.

Vous avez lu la courte, très courte précédente chronique où je vous annonçais tout de go que mon emploi du temps surchargé de travaux aussi divers que variés ne me laissait quasiment plus le temps de m’adonner à cet exercice hebdomadaire et éditorial.

Et puis l’envie, et puis le temps de l’été aussi… Bref aujourd’hui je ne serai pas plus prolixe que la semaine dernière. Vous l’avez donc lu : je n’ai, temporairement, que peu de temps à consacrer à la rédaction de ces éditos qui agrémentent tous les lundis soir mon site internet et parfois les ondes de la Radio FMR [+] à Toulouse…

L’air du temps peut-être aussi ai-je surtout peu de temps pour m’énerver encore plus sur l’actualité comme j’ai pu le faire en début de saison. Bien sûr beaucoup de choses me foutent en rage et en verve.

Tiens pas plus tard qu’il y a 15 jours des petits mots aigres sont arrivés à ma vue et à mes oreilles. Alors à travers tout ce qui m’énerve on n’oubliera pas que parfois il est facile d’accuser des artistes qui ont encore moins de rond que la plupart des personnes qui les prennent pour des « gentrificateurs »… Ça fait un peu private joke, mais je me comprends.
Même si je peux comprendre un engagement libertaire, les attaques de certain·e·s du côté d’un fameux quartiers en pleine restructuration à Toulouse sont totalement ineptes et devraient se concentrer sur les véritables adversaires. Je ne sais pas moi : les élus qui se nourrissent de la corruption du quotidien, les promoteurs sans scrupules très âpres au gain et tout le système qui va avec. Sans compter les vrais opportunistes de l’art qui envahissent le sus-évoqué quartier avec des photos de festival…

Un autre truc aussi que je voulais écrire depuis longtemps à mes amies et amis journalistes, n’oublions pas qu’à travers cette voix différente d’une radio libre depuis 40 ans je me souviens qu’il existe un code de déontologie et une charte qui régit votre profession (Charte de Munich 1971 [+]), je pose ça là, je dis rien…

Mais je ne suis ni journaliste baignant dans la consanguinité des médias parisiens (et pire « provinciaux » !), ni artiste gentrificateur. Je suis juste un artiste plasticien qui a encore quelques convictions et qui essaye d’être à la hauteur d’un ouvrier honnête. Ce qui est loin d’être gagné.

Heureusement, les expos reprennent le terrain timidement, mais sûrement. Les boulots peuvent enfin se montrer en dehors de ces espaces numériques trop souvent pernicieux.
Et on pourra se réjouir de voir en Occitanie, de Sète à Tarbes en passant par Montpellier, Toulouse, Cahors, Millau et ailleurs du Gard au Gers des boulots pleins d’intelligence.

Même s’il est évident que je serai bien plus réjoui quand les barèmes de rémunérations dues aux artistes seront appliqués partout où ils exposent et travaillent et pas au conditionnel. Je me réjouirai encore, toujours sans conditionnel, quand il y aura bien plus d’espaces de diffusions pérennes pour tou·te·s les artistes sur nos vastes territoires, qu’elles et qu’ils soient, quel qu’en soit les genre, les âges et les familles. Je pense que nous en reparlerons à travers de futurs travaux d’Art en grève Occitanie [+]. Travaux un peu mis en veille mais qui, j’en suis sûr, repartirons sereinement dès la fin de l’été quand les plaies seront guéries et les fatigues apaisées.

Je sais que ce n’est pas gagné, mais il y a des élections locales et régionales le we prochain. Il ne s’agit pas seulement de faire barrage aux idées nauséeuses d’extrême-droite, mais de choisir d’aller enfin vers des jours heureux.
Je vous laisse avec une série d’articles glanés de-ci, de-là à propos de « l’actuelle actualité du moment présent » ! Sélection certes fort très orientées, mais n’ai-je point clamé un certain engagement ?

D’abord sur l’excellent magazine Frustration sur une certaine « Sainte Taubira » [+].
Puis sur le non moins excellent magazine Reporterre sur le capitalisme, l’écologie et le fascisme [+].
Ensuite un article d’un journaliste sur son blog à propos du « Mélenchon Bashing » si facile [+].
Et encore sur Lundi Matin un bon article sur les confusions contemporaines [+].
Pour finir avec une réflexion à propos de la banalisation des idées d’extrême-droite [+].

Il est tard, j’ai commencé cette 35e Chronique du lundi tout aussi tard. Ma chère et tendre Thérèse [+] est malade, je suis inquiet, mais je sais que cela va aller vers le mieux. Car voyez-vous, je suis totalement solidaire de la personne que j’aime car je sais pourquoi je l’aime. Et je vais vous laisser sur cette fin (faim) d’une encore si courte tentative éditoriale.

Sinon pour le titre de cette présente chronique… Bref ! Je vous souhaite ainsi une belle semaine pleine de soleil ainsi que beaucoup d’amour et vous dis à la semaine prochaine.

Dessin de Philippe Pitet "Tu montes chérie ?" de la série "Slow Gangs"
Dessin de la série « Slow Gangs » – 2018

La suite la semaine prochaine pour une nouvelle « Chronique du lundi »…

PhP

Voir les autres chroniques du lundi

Tagué :,

§ Une réponse à 14.06.2021 – Chronique du lundi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement 14.06.2021 – Chronique du lundi à Philippe Pitet.

Méta