16.08.2021 – Chronique du lundi

16 août 2021 § 2 Commentaires

Quelques brûlures du temps

Il est 4h30 du matin dans la chaleur étouffante d’une nuit d’été à l’heure où j’écris ces premières lignes de ma Chronique du lundi 16 août 2021. La montagne ne distille plus sa fraîcheur depuis plusieurs jours. Le Terre brûle de partout au sens propre comme figuré. Bienvenue amies et amis internautes sur cette 44e chronique du lundi.

Une nouvelle très courte chronique d’été. Pas tant que les actualités du monde ou même de l’art ne soient mises en veilleuse estivale, mais c’est plutôt la prolixe de mon cerveau qui se met en mode dilettante afin d’éviter la surchauffe de mon « exaspérance ».
Dans cette chambre noire, où j’écris en attendant l’aube, le souffle court et nerveux du sommeil de ma chère et tendre Thérèse [+] illustre cette période dans laquelle la couleur rouge des braises et du sang qui coule devient inexorablement noire. La cloche de la cathédrale dicte un peu de poésie à travers le temps qui passe dans la moite nuit de cette belle petite cité plurimillénaire que les romains appelaient Dea Augusta Vocontiorum, autrement dit pour faire moins érudit : Die !

Oh bien sûr la semaine dernière j’écrivais que découragement était un mot banni de mon vocabulaire courant. C’est bien le cas je vous l’assure. Mais il y a des périodes compliquées et difficiles que l’ombre de certains rapports scientifiques noircît encore et toujours plus.

Les nouvelles du monde sont si tristes et difficiles à accepter, que je n’ai pas trop, ou plutôt pas du tout envie de m’étaler en écriture.
Quelques images suffiront. Et ces dessins d’une série lointaine de mon histoire d’artiste plasticien, intitulée « Cremadura » pourront tout aussi bien faire l’affaire de ce jour.
Triste lendemain où l’on sait le retour de l’obscurantisme absolu soutenu par la rapacité capitaliste s’abattre à nouveau au pied d’autres massifs montagneux et himalayens.
Je me laisse la journée pour les trier et publier dans cette présente chronique.
Puis j’irai me pencher sur mes laborieuses élucubrations plastiques, filmées et dessinées du moment, ou vaquer à des occupations plus terre à terre avant de revenir vers vous et de reprendre cet exercice éditorial.

Comme il était écrit ce matin, un saut de ligne et voilà qu’il est déjà l’heure de publier ce court texte tout en vous donnant rendez-vous la semaine prochaine pour une autre et (presque) dernière chronique courte de l’été dans l’attente de la rentrée du « retour de ma verve » en septembre…

Je vous souhaite sincèrement une belle semaine et vous dit à lundi prochain.

Philippe Pitet Installation, Cremadura
Photo // Picture – Installation « Cremadura » 2003

La suite la semaine prochaine pour une nouvelle « Chronique du lundi »…

PhP

Voir les autres chroniques du lundi

Tagué :,

§ 2 réponses à 16.08.2021 – Chronique du lundi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement 16.08.2021 – Chronique du lundi à Philippe Pitet.

Méta